4 cas de mariages d’enfants ont été cassés par le Tribunal d’instance de Bambey depuis le début de l’année 2018. L’annonce a été faite par la présidente du Tribunal de Bambey, Aïssatou Faye Kanté par ailleurs, membre de l’Association des femmes juristes du Sénégal (AJS).

Elle animait, le samedi au lycée de Bambey Sérère une conférence sur les violences basées sur le genre en milieu scolaire. La rencontre s’inscrit dans le cadre des activités du programme de l’Observatoire régional de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (RADDHO) et les anciens stagiaires sénégalais. Sur le thème des violences basées sur le genre  en  milieu scolaire, la rencontre a permis de constater que le département de Bambey est dans la liste rouge des localités à fort taux de prévalence des mariages précoces.  .
« Il y a beaucoup de violences faites aux filles en milieu scolaire parmi lesquelles, les violences sexuelles notamment le viol, le harcèlement sexuel, les mariages précoces, la pédophilie, le détournement de mineur », a déclaré la présidente du Tribunal d’instance de Bambey.

Dans cette zone sont également notées des violences physiques ou économiques liées à la pauvreté. Aïssatou Faye Kanté d’ajouter que les violences scolaires sont des violences spécifiques et c’est pour cette raison qu’il est bon de discuter avec les apprenants, les enseignants, les inspecteurs d’académie pour voir ce qui se passe en milieu scolaire afin de trouver des remèdes au fléau. Selon elle,  «l’accès à l’éducation n’est plus un problème, mais c’est plutôt le maintien des filles à l’école. Il faut qu’on sensibilise les filles pour quelles soient fortes mais aussi, il faut intensifier la dénonciation afin que des solutions soient trouvées à ces violences.»

Ces violences basées sur le genre contribuent à la baisse des résultats des filles en milieu scolaire mais aussi les poussent à abandonner massivement l’école. D’où le cri du cœur lancé pour une éradication sans délai. L’initiative du Tribunal de Bambay reste une démarche pertinente pour dissuader les auteurs de la pratique des mariages d’enfants. Elle doit inspirer bien d’autres localités du pays.

Infosansfrontieres.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *